Docteur Rwamucyo Eugène : Audience du 09 juin

Publié le par drombois

Suite à l’audience d’extradition qui a eu lieu le 02 juin à la cour d’appel de Versailles, les juges ont opposé un refus ce mercredi 09 juin, à la demande du Gouvernement rwandais de l’extradition du docteur Eugène Rwamucyo. Ils ont demandé un complément d’informations avant le 20 août. Le Rwanda devra fournir  les documents suivants:

  • L’original ou la copie conforme du mandat d’arrêt
  • Une copie de texte de loi  correspondant aux infractions reprochées à Monsieur Eugène Rwamucyo
  • Les textes applicables pour les peines de réclusion à perpétuité mises en place en remplacement de la peine de mort

La prochaine audience, qui statuera sur l’extradition ou non du médecin rwandais Eugène Rwamucyo vers le Rwanda, a été fixée au  08 septembre.

Par ailleurs,  la cour a refusé la  remise en liberté du Dr Rwamucyo, estimant que ses garanties de représentation étaient "insuffisantes" en France. Cette décision, et surtout les motivations évoquées,  nous surprennent  car la demande de comparution du Dr Rwamucyo dispose des garanties suivantes :

  • Toute sa famille est de nationalité belge et réside en Belgique.
  • Il possède une carte d’identité belge de 5ans l’autorisant à la pleine circulation dans l’espace de l’Union européenne.
  • Il habite avec sa famille dans une région frontalière à la France, c’est d’ailleurs de là qu’il se rendait au travail à l’hôpital de Maubeuge.
  • Il ne s’est jamais caché de la justice  ni de quelque autorité que ce soit.

De plus, ses avocats ont fourni des attestations d’hébergement sur le territoire français en cas de besoin (attestations émanant de certains membres de sa famille et d’amis proches).

Il est donc étonnant que la Cour justifie  le refus de la remise en liberté du Dr Rwamucyo Eugène par le manque d’ancrage familial et professionnel en France.  Elle  n’a pas  tenu compte d’une  attestation  émise par sa propre sœur et son beau-frère installés en France depuis quelques années déjà. Rappelons que le Dr Rwamucyo a travaillé en France pendant 10 ans jusqu’à sa révocation en avril 2010.

Cette révocation  est étroitement liée à l’affaire politico-judiciaire  accentuée par  un tapage médiatique organisé.

Nous ne comprenons  pas cette allusion au manque de garantie sérieuse malgré les documents que les avocats ont fournis à la chambre d’instruction de la Cour d’appel de Versailles.

Nous ne comprenons pas non plus  que la Cour évoque un manque d’ancrage professionnel alors qu’il a perdu son travail à cause des fausses accusations portées contre lui et de la fiche Interpol consultable sur internet émise par le Gouvernement rwandais.

Cependant, nous faisons confiance à la justice française ;  nous espérons qu’elle résistera à la pression politique qui pèse sur cette affaire.


Lors de cette audience, le Dr Rwamucyo a ré-exprimé son désir de justice,  de dialogue avec  ceux qui l’accusent. Il a également signalé que, depuis octobre 2009, les conclusions du procès « gacacas »  de Butare qui l’a condamné à 30 ans et ensuite à perpétuité ont été demandées sans succès.

Comment est-il possible que des faits aussi graves que ceux que l’on tente d’attribuer au docteur Rwamucyo soient si difficiles à prouver ?

Pour nous, quel était l’objectif  de la présence de  Monsieur Alain Gauthier  à ces deux audiences ?

Monsieur Alain Gauthier, président du Collectif  des Parties Civiles pour le Rwanda (CPCR), s’est donné pour mission de travailler main dans la main avec le gouvernement de Kigali en traquant tous ceux qui s’opposent au régime du Président Kagame. En  avril 2007, il a porté plainte contre le médecin rwandais Rwamucyo Eugène. Une information judiciaire a été ouverte en février 2008 à Paris.

Depuis le 15 avril 2007,  Monsieur Gauthier  et son collectif sont incapables de fournir la moindre preuve pour justifier leur plainte et par le fait même prouver  l’implication du Dr Rwamucyo dans le génocide.

Ne serait-il pas temps que le CPCR fournisse les preuves concrètes (si elles existent) dans les affaires qu’il a déjà transmises à la justice Française ?  Dans l’affaire du Dr Rwamucyo, notamment depuis le temps qu’il retourne au Rwanda pour chercher les preuves de son accusation, où sont-elles ? Attend-il qu’une justice à la solde du Gouvernement rwandais en fabrique ?  Ce n’est un secret pour personne que le régime est spécialisé dans la fabrication des faux témoins!

Pourquoi tant d’acharnement à nuire à ce médecin qui refuse de se voir accusé injustement ?

Monsieur Alain Gauthier affirme vouloir rendre justice aux victimes du génocide. Il le fait en  utilisant la délation et la désinformation de l’opinion publique via les médias qui ne semblent pas prêts à se lancer dans une recherche objective, tant sur les faits reprochés au docteur Rwamucyo que sur les motivations réelles du «  justicier ».

Si Monsieur Gauthier était réellement intéressé par une justice équitable et sereine, pourquoi  chercherait-il à faire sa propre justice par  médias manipulés interposés ?

Nous tenons tout particulièrement à remercier  toutes les personnes qui ont soutenu Monsieur Rwamucyo et sa famille lors de ces deux audiences. Nous admirons leur  calme, sang froid face à la provocation de Monsieur Gauthier à la fin de l’audience du 09 juin

 

pour voir la source

Commenter cet article